pied noir

Né à Bab El Oued - 1948 - ALGER

 
ROGNES 2019 NOTRE RASSEMBLEMENT DIMANCHE 8 SEPTEMBRE 2019 AU DOMAINE SAINT JEAN " CLIQUER LE BLOG ABEO " ***** ALLER SUR L ASSOCIATION COMME SUR DES ROULETTES ET CLIQUER POUR AIDER LESLIE

Liste des messages

De : seksekEnvoyer un mail

Le : 02/05/2019 08:58


A "MOMO" BON RAMADAN,

A BIENTOT.

 

De : Pierre ÖTTLEnvoyer un mail

Le : 01/05/2019 18:12

Bonjour à tous,
J'habitais au 29 rue Léon Roches/2°et.de 1950 à 1962.
Je me suis retrouvé sur la Photo de Manuel ROBLES
(CM2 1960-1961)école L.Roches. En haut 5° en partant de la G. Instituteur M.COROMINAS.

 

De : Parcq RobertEnvoyer un mail

Le : 01/05/2019 11:42

A la famille De Vellis....
Toutes mes condoléances à sa veuve et enfants, je savais Meumiel malade mais pas au point de partir....
Meumiel ,je garde le souvenir de nos échanges sur la rue Jenina ,l'ancienne préfecture où habitait ma famille Coppola .
Meumiel embrasse les oualiones pour nous et dis leur qu'on ne les oublie pas!
Tchao oualione

 

De : Momo Envoyer un mail

Le : 29/04/2019 16:29

Mes sinceres condoleances a la famille de Michel.Repose En Paix . momo de londres

 

De : BRAHIMEnvoyer un mail

Le : 29/04/2019 15:59


Famille De Vellis - Autuori parents et alliés

Suite au décée de notre ami Michel, nous présentons nos sincères condoléances

Lui qui aimais tant siroter son thé a la menthe avec des amis rue de
la marine

la communautés de Bab el oued a Paris

 

De : Guardascione jean louisEnvoyer un mail

Le : 27/04/2019 23:31

Toute nos condoléance à la famille De Véllis
RIP MEUMIELE
Famille Scotto

 

De : La clique des MessagriesEnvoyer un mail

Le : 27/04/2019 20:14

Aux Messageries entre le Bd de Provence,la rue de la Consolation et la
rue Charles Lebart à grandi le grand et courageux MEUNIEL DeVellis
Tu vas reposer en paix aux cotés de tes soeurs Fifine;Charlotte,et tes frères Raymond,Jacques,Sauveur et tous les OUALIONES
Adieu MEUNIEL

 

De : Antoine/Tony BILLOTTAEnvoyer un mail

Le : 27/04/2019 08:06

L'un des nôtres des Messageries, 1 boulevard de Provence
vient de nous quitter, rejoignant nos familles disparues :
Michel De Vellis dit Meumiel (...le grand frère)
À son épouse, ses enfants, petits-enfants, aux familles De Vellis, Galtier, Debono, Autuori, ami-e-s et allié-e-s, nous présentons nos condoléances attristées en les assurant de notre soutien affectueux.

 

De : gerbiEnvoyer un mail

Le : 23/04/2019 16:33

recetteb de mounas. merçie

 

De : Robert VOIRINEnvoyer un mail

Le : 22/04/2019 17:31

LE CABASSETTE ET LE COUFFIN (fable)

Au fond d'un placard le cabassette et le couffin s'ennuyaient beaucoup, depuis qu’ils avaient quitté leur Bab El Oued natal ils ne sortaient plus du tout, alors il se racontaient des histoires pour tromper leur ennui, surtout celles qui parlaient de leurs anciennes et nombreuses sorties.

Ils accompagnaient la famille au marché, en forêt ou au bord de mer comme à Pâques où on les remplissait de ce qu 'il y avait de meilleur sur terre, le cabassette disait qu 'il transportait la soubressade, les fèves au cumin, la calentita, le boutifar, la postera sucrée, les poivrons grillés, la si fine fritenga, les anchois, les dattes fourrées et les figues sèches, les délicieuses cocas, les mantécaos, les cornes de gazelle, sans oublier le bon selecto et le fameux Mascara. Le couffin se vantait d’être plein de zlabias, de cigares au miel, de douces oreillettes, de makrouts, de la belle mouna reine du jour, sans oublier les succulentes roliettes.

Ils étaient tellement lourds qu’ils n’en pouvaient plus surtout qu’il fallait tenir jusqu’à la foret de Sidi Ferruch pleine de monde partout, et là au milieu des cris de joie on commençait à les vider, pour l'apéritif les tramousses et les variantes étaient offertes en premier car avant le repas on sirotait bien sur l’anisette traditionnelle en trinquant à la bonne santé de tous dans une fraternité si belle, puis au milieu d’une joyeuse ambiance on déballait tout et chacun se servait, tous les membres de la famille pouvaient alors à se régaler.

Dans la soirée pour le retour à la maison le cabassette et le couffin maintenant si légers pensaient à faire les courses dès le lendemain matin, à Bab El Oued ils continueraient ainsi à déambuler dans les allées du marché où ils seraient encore remplis de ces bonnes choses qui faisaient leur fierté.

Bien longtemps après, alors qu' ils se lamentaient toujours sur leur sort, une main amie qui les avaient bien connus leur apporta un grand réconfort, et pour ne pas qu ' ils tombent complètement dans les oubliettes ils furent sortis du placard pour aller à des commissions ou à des fêtes, réconfortés ils purent se dire qu 'on ne les avait pas laissés tomber pour enfin revivre en pensant à Sidi Ferruch et ses belles journées.

moralité : recevoir le passé comme un héritage c’est combattre l’oubli, le mépris, et l'indifférence.

Robert Voirin

 

Envoyez un message