pied noir

Né à Bab El Oued - 1948 - ALGER

 
'' RESTEZ PRUDENTS '' ***** L A.B.E.O. CHERS AMIS ET ADHERENTS FACE A LA SITUATION DANS LAQUELLE SE TROUVE NOTRE PAYS NOUS SOMMES DANS L'OBLIGATION D'ANNULER TOUTES NOS MANIFESTATIONS A VENIR LE 19 AVRIL POUR LA MOUNA LE 10 MAI POUR LE MECHOUI. ET LE 17 MAI POUR NOTRE RASSEMBLEMENT A ROGNES TOUTE L'EQUIPE DU BUREAU A.B.E.O " CLIQUER LE BLOG ABEO "

Liste des messages

De : Henri RindovetzEnvoyer un mail

Le : 01/05/2020 14:38

Bon 1er Mai à toutes et à tous ... ..

 

De : Jean-François VinaccioEnvoyer un mail

Le : 28/04/2020 08:08

J'ai vu qu'il y avait un message de Danielle Scotto, mais je n'arrive pas à le retrouver directement. elle parlait de Anna Ferrara.
Cordialement
JFV

 

De : VIDALEnvoyer un mail

Le : 27/04/2020 14:59

Bravo et merci Monsieur Billotta pour vos propos. Oui il y a eu tragédie et le mot est faible. Mais notre histoire, comme tous les livres d’histoires, n’est pas refermé et ne se refermera jamais.

Notre patriotisme ? Me vient les paroles de cette chanson « ne m’appelait plus jamais France, la France elle m’a laissé tomber »

 

De : Chenennou Envoyer un mail

Le : 27/04/2020 14:22

Mes sincères condoléances à la famille Dejardin

 

De : Antoine/Tony BILLOTTAEnvoyer un mail

Le : 26/04/2020 11:24

Hubert Zakine

POURQUOI J'ÉCRIS!
Le temps est passé.
Il me semble qu’il a filé entre mes doigts. Que reste -t-il de cet enfant de Bab El Oued, insouciant et heureux, qui a traversé la vie de l’homme que je suis devenu ? Le poète disait : « Que reste-t-il de nos amours, une photo, vieille photo de ma jeunesse. ».
Il me reste des bribes de souvenirs que j’ai tenté de conserver tout au fond de mon c½ur. L’affreux sentiment d’être un déraciné m’a toujours accompagné dans cette descente aux enfers découverte sur un bateau-prison, le « ville d’Oran », qui me déporta au large de mon enfance, si loin du paradis dont je ne savais pas, encore, qu’il me hanterait jusqu’à mon dernier jour.
Durant cinquante années j’ai vécu par procuration. A côté de ma vie. Complètement disloqué pour raison d’état. J’étais un français vivant mais la mort rôdait à tout instant, dans un univers froid où la solitude m’inoculait une autre façon de vivre et de me comporter, une autre façon de penser et de rigoler, une autre façon de rire et d’aimer la vie.
L’insouciance des jours heureux a déserté mon horizon et s’est muée en une angoisse du lendemain qui m’était étrangère malgré une guerre d’Algérie qui pouvait, à tout moment, bouleverser ma vie.
Alors, m’est venu l’idée de coucher sur papier nostalgie ces quelques notes qui parlent de ce que d’autres écrivains, d’autres cinéastes, d’autres artistes n’ont pas su ou pas voulu retracer, par pudeur sans doute, la tragédie qui assassina un peuple en le déplaçant vers une autre terre. Car, tragédie il y eut, bien au delà des mots et des larmes et il me semble que le temps est venu d’évoquer les conséquences dramatiques de cet épisode contemporain de l’Histoire de France qui accabla les français d’Algérie.
Des français d’Algérie qui se sont remis au travail sans rien demander à personne et qui s’éteindront du sommeil des justes avec le sentiment, tous comptes faits, que la France leur sera redevable de leur patriotisme même si ce sentiment n’est plus en odeur de sainteté de nos jours.
Les Pieds Noirs étaient des gens heureux et rien n’effacera cette image. Mais le drame était omniprésent dans leur histoire et c’est ce sentiment qui prédomine dans mon approche sociologique.
Je ne suis pas un lettré. Je ne suis pas non plus un éminent chercheur, ni un journaliste d’investigation. Je ne suis qu’un enfant d’Algérie, un enfant d’Alger, un enfant de Bab El Oued avec tous les défauts et les qualités des gens de ma communauté. Mais j’ai tellement vu de compatriotes se plaindre en catimini, j’ai tellement constaté de tragédies au sein de mon peuple, j’ai tellement de choses à dire que le temps est venu de sortir ces trois mots qu’un certain général a minimisés :
" Ils ont souffert !"

 

De : pierre-Claude FASANOEnvoyer un mail

Le : 26/04/2020 10:47

Le président de l A.B.E.O. Monsieur SANCHEZ et son épouse sont descendus de leur domicile (PEYPIN ) jusqu'à Marseille, ( La Valentine ) au risque de prendre un procés, pour poster notre magazine de cette année 2020. Nous vous souhaitons bonne reception et une bonne lecture. Soyez sage et ne prenez pas de risques inutiles.

 

De : pierre-Claude FASANOEnvoyer un mail

Le : 26/04/2020 10:40

Le conseil d'administration de l'association A.B.E.O. présente a toute la Famille DESJARDIN nos plus sincères condoléances.

 

De : GARCIA Georges et HélèneEnvoyer un mail

Le : 25/04/2020 10:38

Condoléances à la famille Desjardin ,Rognes te regrettera.Bon courage à tous!
Garcia Georgeo

 

De : albert montielEnvoyer un mail

Le : 25/04/2020 09:22

sinceres condoleances à toutes la famille
DEJARDIN et ANTONE JEAN LOUIS repose en paix
bebert du 30 AVENUE MALAKOFF

 

De : Georges / DURA Envoyer un mail

Le : 24/04/2020 10:28

Bonjour à vous tous
Nous venons de perdre un ami Jean Louis DESJARDINS condoléances à la famille
tu vas nous manquer , repose en paix

 

Envoyez un message