pied noir

Né à Bab El Oued - 1948 - ALGER

 
ROGNES 2019 NOTRE RASSEMBLEMENT DIMANCHE 8 SEPTEMBRE 2019 AU DOMAINE SAINT JEAN " CLIQUER LE BLOG ABEO " ***** ALLER SUR L ASSOCIATION COMME SUR DES ROULETTES ET CLIQUER POUR AIDER LESLIE

Liste des messages

De : sahinEnvoyer un mail

Le : 10/08/2019 23:08

Si quelqu'un a connu la famille BENSAHIN à Alger dans le quartier de Bab El oued, merci de me contacter : famille, amis ou voisins, connaissances.

 

De : Merzak Envoyer un mail

Le : 06/08/2019 11:38


Pour Tony Billotta.


Il y avait aussi La Perle, rue Livingstone, mais je m'efforce
de ne pas employer l'imparfait pour ces souvenirs, afin de ne
pas laisser penser qu'ils se seraient fanés ou gâtés.
Rarement, c'était le cinéma Mignon à Notre Dame.

Bonne journèe.
Merzak.




 

De : Christol SergeEnvoyer un mail

Le : 06/08/2019 10:39

Je tiens à remercier mon ami Edgar Bentolila de m'avoir averti de la
mort de notre ami d'enfance Moktar Ackchiche.Cela ma permis de presenter mes condoléances à son épouse par telephone.
C'est une profonde tristesse qui m'a envahie car malgré les tres nombreuses années qui nous ont séparés nous sommes toujours restés les amis que nous étions à l'école Franklin.
Repose en paix mon ami Mokhtar et que Dieu veille sur ta famille.

 

De : HenriEnvoyer un mail

Le : 06/08/2019 07:22


Merci Antoine pour ce souvenir qui commence à s'estomper

bientôt 84 ans et le rappel de cette panoplie d'artistes

moi,c'était le plus souvent le Rialto avec les amis

Guijarro,Fuster Canto,Domenech,Djilalli etc-etc,j'en oublie c'est sur

,encore merci Antoine,amitiés d'un ami de la rue François Serrano

Henri

 

De : Antoine/Tony BILLOTTAEnvoyer un mail

Le : 05/08/2019 20:30



Hubert Zakine


LES CINEMAS DE NOTRE ENFANCE

Devant les entrées de cinéma, se tenait le « 5/25 », le casino du pauvre, contre lequel on tentait de gagner de quoi se payer une place .
Le cinémascope faisait son apparition avec " CAPITAINE KING" un film avec Tyrone Power . Pour la circonstance, le Marignan avait étrenné son immense écran. Je me souviens du murmure (doux éphémisme pour un peuple dont le verbe haut était l'un des signes distinctifs) qui accompagna l'ouverture du rideau jaune.

A cette époque, l’accès aux salles ne se faisait qu’après avoir montré patte blanche et prouvé que l’on avait atteint l’âge canonique de seize ans pour les films de Martine Carol (LUCRECE BORGIA) ou Brigitte Bardot ( EN EFFEUILLANT LA MARGUERITE et ET DIEU CREA LA FEMME).
Les billets étaient numérotés et malheur à celui qui voulait changer de place. Après avoir fait la "chaîne", la caissière nous délivrait nos billets en n'omettant pas de marquer de son crayon gras (d'une croix rouge ou bleue) la place réservée sur le plan du cinéma . L’ouvreuse nous installait alors dans notre siège numéroté sans oublier de tendre immanquablement la main pour recevoir une petite pièce (ou un doigt d’un " chitane" qui se faisait aussitôt traiter de "p'tit voyou") .
Pendant la pause, entre la première partie ( souvent un documentaire qui nous barbait ou un dessin animé qui nous ravissait) et le « grand » film, le « gousto » d'acheter des « Coeurs Glacés" présentés par l’ouvreuse nous mettait l'eau à la bouche mais "macache l'argent", alors on faisait "tintin". Nous aimions l’entracte qui nous permettait de faire un clin d'oeil au petit négro d'Afric-Film (13 rue auber, Alger 628-28 et 628-29), de se délecter des réclames, ancêtres des publicités et de s'adonner au chahut car on savait qu'il nous fallait respecter le silence quand le film commençerait.

Le retardataire était conduit dans l’obscurité de la salle par l’ouvreuse. On ne distinguait que le rond lumineux de sa lampe de poche dirigée vers le sol sous les remontrances des adultes qui ne désiraient pas etre dérangés

Que ce soit dans la variété, les galas de boxe ou de catch, le théâtre ou encore le cinéma, le Majestic rue Borély la Sapie,était la salle la plus prestigieuse de Bab El Oued et la plus vaste d'Afrique du Nord.

La grande salle du Marignan, sur l’avenue Durando, Le Variétés, rue Eugéne Robe, le Plaza rue du Général Verneau, le Suffren, le Lynx ex-Bijou rue Rosetti, le Trianon avenue de la Bouzaréah transformé en Monoprix (modernisme oblige !) le Rialto à la basseta, le Palace et le Mon Ciné de la rue Rochambeau autant de cinémas qui nous ont laissés des tendres souvenirs; Noublions pas les acteurs et actrices du passé : Jeff Chandler, Randolph Scott, Audie Murphy, James Cagney, Deborah Kerr, les Trois Stooges, Jean Simons, Roy Rogers, Dean Martin et Jerry Lewis and so on..........(je pourrais écrire un livre avec les artistes qui ont bercé notre enfance)
Nous étions amoureux (les jeunes d'aujourd'hui diraient "fan") du cinema americain mais également des films italiens (Rossana Podesta, Toto, Alberto Sordi, Silvana Mangano, Robertino, Silvana Pampanini, Amédéo Nazzari et consorts, des films hispaniques avec l'enfant à la voix d'or , Joselito qui électrisait le public feminin ainsi que les films de Luis Mariano et Carmen Sevilla, le couple préféré des pieds noirs et Sarita Montiel.
Nous ne nous privions cependant pas des films francais (Fernandel se taillant la part du lion avec la série des Don Camillo, une farce où tous les pieds noirs se retrouvaient.) Mais PLEIN SOLEIL, SAINT TROPEZ BLUES, LES TRICHEURS, LES COUSINS et FAIBLES FEMMES annonçaient déjà les films "nouvelle vague" des CHABROL, MALLE, TRUFFAUT et GODARD. ( ah, ce film de Godard avec Belmondo, Brialy et Anna Karina "UNE FEMME EST UNE FEMME" ). Les "Variétés" ne dut qu'à l'amour des algérois pour "leur" cinéma de ne pas être mis à sac tant la colère fut omniprésente. En effet, le "chef d'oeuvre" de Godard fut le plus grand navet du cinéma français que Bab El Oued connut.

 

De : NacéraEnvoyer un mail

Le : 05/08/2019 20:04

A mon amie Hamida Akchiche.
Triste nouvelle. Je te présente mes sincères condoléances; paix à son âme.

 

De : Mustapha OualikeneEnvoyer un mail

Le : 05/08/2019 01:43

Condoléances pour le décès de VINCENT SAMPER père de notre amie Marilyne Samper Épouse Fanucci

Ma chère amie Marilyne c'est avec grande stupéfaction et une grande surprise rempli de tristesse que je viens d'apprendre le décès de ton cher papa VINCENT. Je suis profondément émue par le deuil qui te frappe toi et toute ta famille. Je veux t’assurer de mon amitié dans cette épreuve douloureuse que tu traverses. J'imagine quel Mari il a été pour ta mère et quel père il a été pour toi. J`ai une profonde pense pour toi et pour ta maman je suis à tes côtés en ce jour si triste. Je te transmets toute mon affection et mon soutien. Je te présente toutes mes sincères condoléances à ta maman, à toi et a toute ta famille. Qu`il repose en paix
Je t'embrasse affectueusement

Amitié Mustapha

 

De : Marilyne fanucci née samperEnvoyer un mail

Le : 04/08/2019 18:02

Bonjour
C'est avec tristesse que je vous annonce le décès de mon père SAMPER Vincent Le 1 août 2019.
Né à la bassetta il y a passé toute son enfance. Encore un enfant de Bab el Oued qui part.
😢😢😢😢😢😢

 

De : seksek michelEnvoyer un mail

Le : 04/08/2019 08:00


POUR MOMO,

desolé, mais j'ai lu ton appel trop tard,du au probleme

que j'ai eu,(ou plutot que le portable a eu)merci quand

meme de t'en etre souvenu,j'ai laisser le message a mon frere

jacky,il etait tres touché.

a bientot et passe de bonnes vacances.

 

De : ED. BEnvoyer un mail

Le : 03/08/2019 20:06

Je viens d'apprendre le décès de notre ami d'enfance, Mokhtar Akchiche.

Que son âme repose en paix.

Y a-t-il ici Lucienne Beurrier qui pourrait donner plus de nouvelles.

Merci d'avance.

Edgar.

 

Envoyez un message