pied noir

Né à Bab El Oued - 1948 - ALGER

 
BAB EL OUED FETE LE PRINTEMPS LE DIMANCHE 19 MAI 2019 A 12H15 SALON DE VERO EVOLUTION 13420 GEMENOS (CLIQUER SUR LE BLOG ABEO) ***** BAB EL OUED ET SON GRAND RASSEMBLEMENT AU DOMAINE DU GRAND SAINT JEAN ROUTE DE ROGNES D 543 LE DIMANCHE 09 JUIN 2019 A PARTIR DE 9H30 (CLIQUER SUR LE BLOG ABEO) ***** ALLER SUR L ASSOCIATION COMME SUR DES ROULETTES ET CLIQUER POUR AIDER LESLIE

Liste des messages

De : gerbiEnvoyer un mail

Le : 23/04/2019 16:33

recetteb de mounas. merçie

 

De : Robert VOIRINEnvoyer un mail

Le : 22/04/2019 17:31

LE CABASSETTE ET LE COUFFIN (fable)

Au fond d'un placard le cabassette et le couffin s'ennuyaient beaucoup, depuis qu’ils avaient quitté leur Bab El Oued natal ils ne sortaient plus du tout, alors il se racontaient des histoires pour tromper leur ennui, surtout celles qui parlaient de leurs anciennes et nombreuses sorties.

Ils accompagnaient la famille au marché, en forêt ou au bord de mer comme à Pâques où on les remplissait de ce qu 'il y avait de meilleur sur terre, le cabassette disait qu 'il transportait la soubressade, les fèves au cumin, la calentita, le boutifar, la postera sucrée, les poivrons grillés, la si fine fritenga, les anchois, les dattes fourrées et les figues sèches, les délicieuses cocas, les mantécaos, les cornes de gazelle, sans oublier le bon selecto et le fameux Mascara. Le couffin se vantait d’être plein de zlabias, de cigares au miel, de douces oreillettes, de makrouts, de la belle mouna reine du jour, sans oublier les succulentes roliettes.

Ils étaient tellement lourds qu’ils n’en pouvaient plus surtout qu’il fallait tenir jusqu’à la foret de Sidi Ferruch pleine de monde partout, et là au milieu des cris de joie on commençait à les vider, pour l'apéritif les tramousses et les variantes étaient offertes en premier car avant le repas on sirotait bien sur l’anisette traditionnelle en trinquant à la bonne santé de tous dans une fraternité si belle, puis au milieu d’une joyeuse ambiance on déballait tout et chacun se servait, tous les membres de la famille pouvaient alors à se régaler.

Dans la soirée pour le retour à la maison le cabassette et le couffin maintenant si légers pensaient à faire les courses dès le lendemain matin, à Bab El Oued ils continueraient ainsi à déambuler dans les allées du marché où ils seraient encore remplis de ces bonnes choses qui faisaient leur fierté.

Bien longtemps après, alors qu' ils se lamentaient toujours sur leur sort, une main amie qui les avaient bien connus leur apporta un grand réconfort, et pour ne pas qu ' ils tombent complètement dans les oubliettes ils furent sortis du placard pour aller à des commissions ou à des fêtes, réconfortés ils purent se dire qu 'on ne les avait pas laissés tomber pour enfin revivre en pensant à Sidi Ferruch et ses belles journées.

moralité : recevoir le passé comme un héritage c’est combattre l’oubli, le mépris, et l'indifférence.

Robert Voirin

 

De : Momo de londresEnvoyer un mail

Le : 21/04/2019 10:26

Je souhaite une Joyeuse paque a la population de BEO. Je souhaite une Joyeuse pessah a la communautee Israelite .MOMO de londres

 

De : jean QUITTARDEnvoyer un mail

Le : 20/04/2019 08:59

n'ayant pas eu de retour de mon message, je réitère sur le site,mes remerciements
à Maryse COHEN-SOLAL pour m'avoir souhaité mon anniversaire et surtout pour s'en être rappeler ce qui m'a beaucoup touché.

 

De : rené SANCHEZ ABEOEnvoyer un mail

Le : 18/04/2019 19:32

LA MEMOIRE OUBLIEE
Ce que fut Bab el Oued avant 1962 afin que nos descendants soient fiers de leurs origines.
Sous l'égide de l' ABEO et des Associations de la Cité des Rapatriés, le quartier populaire d'Alger BAB EL OUED, revivra le jeudi 25 avril 2019 à 15h dans la salle des conférences de la Maison du Combattant et de la Cité des Rapatriés, 50 boulevard de la Corderie 13007 MARSEILLE.
Un diaporama de 120 photos en noir et blanc d'avant 1962 sera projeté sur écran. Un voyage dans le passé, non par nostalgie mais simplement pour retrouver la parole perdue et rappeler l'amour et la passion d'un peuple unique dans sa diversité qui, génération après génération, entre 1830 et 1962, aima éperdument le pays où il était né.
Ce peuple besogneux revendiquait une seule et même identité : celle d'être des "enfants de Bab el Oued".
Venez passer un moment hors du temps...Entrée gratuite ! un pot de l'amitié suivra la conférence.



André TRIVES conférencier, René SANCHEZ Président de Bab el Oued.

 

De : VIDALEnvoyer un mail

Le : 18/04/2019 11:19

A contrario :


Le Maire de Bordeaux, Alain JUPPÉ, est connu pour prôner une société apaisée.
Pourtant, c’est sous son autorité, que le Conseil municipal de Bordeaux, dans sa séance du 17 décembre 2018, à la quasi- unanimité, a décidé de baptiser une rue de la commune, du nom de Frantz FANON, psychiatre français passé au FLN en 1956, alors que dans le même temps, en pleine guerre d’Algérie.

Comment oublier que Frantz FANON fut l’auteur des Damnés de la Terre, paru en 1961, où il en appelait, avec Jean- Paul SARTRE, au meurtre des Européens d’Algérie ?

Comment ne pas se souvenir des mots terribles et nauséabonds de Jean-Paul SARTRE, préfacier de cet ouvrage ?
« Car, en le premier temps de la révolte, il faut tuer : abattre un Européen c’est faire d’une pierre deux coups, supprimer en même temps un oppresseur et un opprimé : restent un homme mort et un homme libre ».

 

De : VIDALEnvoyer un mail

Le : 18/04/2019 11:05

Complément d'information :

En choisissant de rebaptiser cette rue, « Hélie Denoix de Saint Marc », héros de la résistance, et déporté à Buchenwald, la commune de BOLLÈNE rend hommage à une personnalité d’exception aux hautes valeurs morales et au sens de l’honneur indiscutable.

Rappelons, également, qu’Hélie de Saint Marc a partagé la douleur et les épreuves des Pieds-Noirs et des Harkis, et n’a pas hésité à faire don de sa propre liberté pour respecter la parole donnée.

 

De : VIDALEnvoyer un mail

Le : 18/04/2019 08:08

Pour information :

Le Cercle algérianiste appelle à la mobilisation,
le 11 mai prochain, pour l'inauguration
de la rue "Hélie Denoix de Saint Marc",
à Bollène, dans le Vaucluse.

À l’initiative de son maire, Marie-Claude BOMPARD, la commune de BOLLÈNE débaptisera, le 11 mai prochain, la sinistre rue du « 19 mars 1962 » et la rebaptisera du nom prestigieux d’« Hélie Denoix de Saint Marc », en présence de la famille du Commandant.

Le Cercle algérianiste, principale association nationale de Français d’Algérie, salue cette décision courageuse, et rappelle que la guerre d’Algérie ne s’est pas arrêtée au 19 mars 1962, date après laquelle des dizaines de milliers de Pieds-Noirs et de Harkis ont été assassinés par le FLN, dans d’indescriptibles conditions.

 

De : AZAM DanielEnvoyer un mail

Le : 17/04/2019 18:39

A l'attention de Stéphane ARFI
Bonjour,
La rue léon roche a changé de nom.Un partie du bas n'existe plus, suite aux terribles inondations des années 90.Quand on vient de l'avenue de la bouzareah depuis le début jusqu'à la rue bonbonel qui sur la droite reliait la rue l.roche et l'avenue de la bouzareah, tout a été rasé et remplacé par un jardin.Dans cette même zone du coté gauche, rasé également, une mosquée a été edifiée qui touche l'ex 8 bis .De l'autre coté se trouve la rue Fourchault.

 

De : gras josiane épse catalaEnvoyer un mail

Le : 17/04/2019 17:49


qui aurait des photos de classe, année 1950, de l'école de notre dame d'afrique

madame Louis, institutrice. merci

 

Envoyez un message